Info club dimanche 12 mai 2019

Posté le 13 mai 2019 rédigé par SCASB classé dans Journal du SCASB, Info Club, Rallye
Mots clés : Info Club, Tour de l'Essonne

Ce dimanche 12 Mai, Tour de l'Essonne

6h32

Christine me récupère en passant devant chez moi pour nous rendre en papotant à Longjumeau.
Mois de Mai !!! Température plutôt d'hiver 5° mais pas de pluie et un beau soleil, c'est bien une journée pour faire du Vélo, je ne parle pas du vent.
Beaucoup de Scasbiens avec maillots anciens et nouveaux maillots, qui ont un certain succès d'après Philippe.
Départ vers 7h, dés le premier giratoire, je fais les comptes nous sommes vingt-deux, les furieux au nombre de huit viendront grossir cet effectif. Les féminines faisant partie de cet effectif sont six : Nelly, Cathy, Béatrice, Laulau, Christine, Christiane.

Groupe 2

Vert-le-petit, çà y est nous sommes réchauffés sous l’impulsion de Vincent le groupe se forme nous sommes sept, dont certains auraient leur place avec les furieux, surtout qu’il y a deux gars de Savigny et un de Chilly qui les taquinent.
Parmi ces sept il y en a un qui ne voit pas les flèches je vous laisse deviner de qui il s'agit ? Je ramasse les réponses mercredi…
À cette vitesse là je sens bien que je ne tiendrai pas 170 kms, je décide de laisser le groupe 2 à Moigny-sur-Ecole, premier ravitaillement, malgré leurs encouragements à les suivre.

Groupe 3, ou groupe Marcel

Ah les voila ! Ils sont sept, bien-sur Marcel et ses drôles de dames Christine et Christiane, Gérald, Philippe, Alain R, Jean-Yves, une petite restauration rapide, je m’invite dans le groupe 3 qui m’accueille sans mot dire.
Comme dans le groupe 2 ça ne traine pas, mais beaucoup plus régulier. Il y a bien Jean-Yves et Philippe qui prennent les devants de temps en temps.
Mais je suis surpris par les filles qui sont plutôt silencieuses et qui « envoient grave » (expression de jeune).
Roinvilliers, un petit arrêt pour que Marcel puisse faire des bisous à sa fille et son petit fils, qui a bien grandi depuis que nous l’avons vu lors du dernier Paris-Brest.
Bien sûr du vent, mais ce n’est rien par rapport à ce qui nous attend cet après midi d’après Marcel.
Norbert vient à notre rencontre ou plutôt à la rencontre de Christiane, le ravitaillement ne doit pas être loin, ça tombe bien nous avons faim !!!
Nous croisons le groupe 2 qui s’apprête à repartir, ils ont laissé quelques plateaux repas nous allons en profiter.
À notre tour de repartir et cette fois nous croisons le groupe 4 qui nous informe que Cathy a crevé, d’après Christine pas de problème elle sait réparer, ah les filles !
Bon il ne reste plus que 60 kms, mais combien de bosses cinq ou six ? Pas eu le temps de les compter…
Nous faisons notre B.A en récupérant vers Marchais un grand gaillard qui m’a dit qu’il était rincé et content de trouver nos roues, vu sa morphologie je lui est dit qu’il serait bienvenu au club…
Nous voilà presque arrivés, Saulx-les-Chartreux, on se sépare seul Gérald et Marcel se rendront à Longjumeau.

Bonne semaine à toutes et tous.

Christian M.

Ah ! J’allais oublier ! Mais peut être que vous aussi vous avez oublié de vous signaler comme bénévole pour notre rallye LA BALLAINVILLOISE ?
Nous allons manquer d’aide !

Merci.

Récit de mon tour de l’Essonne

J’avais coché le triathlon de l'étang des bois distance M dans mon calendrier pour ce dimanche 12 mai, dans le Sud (essonnien) avec un parcours 1700 m natation, 40 kms vélo et 10 kms CAP. Certainement moins pénible que ce que propose notre club soit, 170 km à Longjumeau : Le tour de l’Essonne par les petites routes. Je suis dans un premier temps dubitatif. Je fais quoi ?… Puis la météo et mon manque de préparation pour cette saison me font changer d’avis : pourquoi ne pas aller rouler avec les copains et le soleil en plus ?… La distance, longue, m’intéresse aussi pour « manger » du kilomètre en vue des prochaines belles sorties dans les Pyrénées cette fois !

Voici donc le récit de mes pérégrinations… (lol)

Rendez-vous à 6h45

Devant le local, je suis un peu juste. La veille ayant terminé mon service à 23h00, dure la sonnerie à 5h00 ce matin ! Avec Gérald, Marcel, Joël, Bertrand et d'autres compagnons nous nous dirigeons au gymnase sous une météo plutôt fraîche mais clémente et prometteuse. Je ne suis pas à l'aise sur la distance Marcel et Gérald me donnent un max de conseils, certes très utiles, mais c'est comme parler a un enfant qui à faim…

Aux inscriptions  et 12€ plus tard

C'est très nombreux que je retrouvais le SCASB, évidement et comme à mon habitude je sonde Joël, Christian et René (l'extraterrestre du groupe), eespect ! Franchement ils m’épatent ces anciens, Krikri, René, Joël… ceux qui me subissent a chaque sorties ! (lol)
À 7h00, on se met en route. Le SCASB forme un beau peloton groupé d’une bonne vingtaine de participants et ça part tranquillement, le temps de faire chauffer les jambes, de discuter, rires aussi avec quelques membres du groupe et de laisser monter la température. Je commence à être confiant  et ce n'est… (pas bon !) Mais je reste en fond de peloton, à discuter et profiter de cette allure que j'adore. (rires)

Les choses ce complique  à Vert-le-Petit

Bertrand me dit que les groupes se forment après que les jeunes nous soient passés comme des fusées. Norbert nous quitte, quell pêche lui aussi !  Là j'entend des moqueurs de parts et d'autres qui me lancent « allez didier prend nos roues », « vas y didier ils sont là !!! »
Laissez moi tranquille j'ai pas le niveau ! Bref… Vincent se lance à la poursuite de deux cyclos qui roulent vite, Krikri accélère suivit de Joël, Eric le triathlète et l'autre Eric. À ce moment précis je suis à coté de René, la question est « ils font quoi ? » René qui ne comprend pas non plus  met les watts et me dépose… seul en chasse patate je me lance moi aussi à leur pourquite sans pour autant apprécier, car je sais que j'y laisse des plumes… Donc six se détachent, ce qui formera le groupe 2. Le rythme s’élève, et de plus en plus ! Je m'appercois que chaque mètre implique un retard sur le peloton, retard qu’il m'est de plus en plus difficile à combler à la force des mollets et des cuisses. Je ne comprends pas ce rythme que Vincent et Eric le triathlète imposent. Je suis alors a la hauteur de l'autre Eric et lui demande si nous sommes dans un groupe 1 car la vitesse imposée de 40 km/h sur 170kms ce n'est pas pour moi ! Je décide donc de lever le pied tant pis ! Et c'est seul que j’évoluerais   jusqu’au contrôle à Moigny-sur-Ecole où là, étonné mais soulagé, j'aurais la joie de retrouver mon groupe qui était sur le départ avec quelques petits changements Krikri ayant décidé d'attendre le groupe Marcel. Dominique, lui, viendra se greffer au groupe et  ma personne  sur l'insistance de Joël m'ayant convaincu. Sur le parcours jusqu'au prochain ravito je m’accroche en queue de peloton. Mais je vois bien qu’il leur suffirait d’en remettre une couche pour m’assassiner sur la galaxie qui me sépare à eux. Les relais s’enchaînent (sans moi  lol), tout à droite. Concentré, il me faut bien rester dans les roues car le moindre coup de vent ne pardonne pas.  J’essaye de combler les quelques mètres et j'en laisse des plumes bon dieu !  Il reste de la route et je suis inquiet, cependant les copains m'attendent j'apprécie. Quelques lunes plus tard on croisera Norbert en sens inverse parti rejoindre Christiane. Cela me fait penser que la cantine n'est pas loin, enfin !!!!

Entracte 110ème km, repas

Ouf !!! Cette fois, c’est un vrai festin car  j'avais une p**** de  fringale. Au menu, salade de pâtes, sandwich, yaourt, le temps de prendre un peu de chaque on s'installe sur la pelouse  en compagnie  des jeunes du groupe 1, au soleil, un petit moment avant qu'ils ne repartent  quelques minutes plus tard. C'est super agréable et une belle ambiance règne. Mais toute bonne chose a une fin… Le vent fait son apparition et sonne l’heure du départ pour le groupe 2. Tancrède un peu dans le dur nous signalera-t-il viendra gonfler le groupe. Avant de repartir un petit coucou au groupe Marcel et attaquons les 60 derniers kms…

Acte 2 L'enfer

Ça commence par une côte. Dur de se mettre dans le rythme, il ne faut pas forcer, très vite  Je décroche un peu dans les bosses qui se succèdent. Le pire C'est que je dois ensuite faire les efforts pour recoller, là encore j'en laisse bon dieu !  Mon repas pour ne pas dire ma boulimie monte plus vite que moi les cotes à l’intérieur  :-( Bon… ça va un temps puis je me rends compte que je ne tiendrai pas jusqu’au bout comme ça. Je me retrouve dernier du groupe, Tancrède et Joël viendront me repêcher à plusieurs reprises. Il faut l’admettre : je suis cuit et les derniers 40 kilomètres sont un peu longs… La monotonie me gagne, j'ai mal partout, le fion en choux fleur, les épaules en enclumes. Tel Moïse, c'est la traversée du désert. L'escargot signale la fin de mon calvaire, je ne suis pas repassé, comme le souhaitait Joël, par la case départ prendre une bonne bière car je ne serais jamais rentré a la maison ! (rires) Qu'il m'en excuse. Enfin, c’était une belle balade, plus sympa en peloton que seul je pense. On ne m’y reverra pas tous les week-end mais j’ai apprécié malgré tout…
Un grand merci à tout mon groupe. Ne dit-on pas  « ce qui ne tue pas rend plus fort » ? 

J'ai aimé :  le parcours très joli avec ses châteaux, ses plaines, ses belles bosses (même si je n'ai rien vu de tout ça), les copains qui sont revenus sur moi, l'ambiance régnante même si ils ne m'ont jamais entendu chanter comme eux  le faisaient parfois, les bosses (et oui  je les ai montées à mon allure, j’étais bien, cependant il fallait revenir vers les autres ensuite et là j’étais moins bien,  du… .dur…) et la météo, super temps pour un 170 kms.

Je n'ai pas aimé :  rouler pratiquement seul si je fais l'addition et ce vent au retour pénible et usant !

Didier T.

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot igbj ? :